L’INSUFFISANCE RESPIRATOIRE

Espace Prescripteur
Espace Patient
Contact

QU’EST-CE-QUE L’INSUFFISANCE RESPIRATOIRE ?

La respiration est un mécanisme physiologique qui permet par un système de conduction et d’échanges au niveau des poumons d’apporter l’oxygène nécessaire au bon fonctionnement des cellules de notre organisme et de rejeter le dioxyde de carbone qui est produit par celles-ci. L’apport d’oxygène est assuré pendant l’inspiration, le rejet du dioxyde de carbone pendant l’expiration.

Dans le cadre de l’insuffisance respiratoire, cette conduction et ses échanges sont perturbés pour différentes raisons. Les poumons ne parviennent plus à oxygéner correctement le sang et/ou à éliminer le gaz carbonique.

On parle d’hypoxémie lorsque la quantité d’oxygène dans le sang (PaO2, pression partielle de l’oxygène dans le sang artériel) est « basse » et on parlera d’hypercapnie lorsque la quantité de dioxyde de carbone (PaCO2, pression partielle du CO2 dans le sang artériel) est élevée.

Les causes de l’insuffisance respiratoire peuvent être liées à des phénomènes obstructifs, restrictifs ou traumatiques.

Dans l’insuffisance respiratoire chronique qui peut nécessiter une prise en charge au domicile, on évoque souvent les pathologies suivantes :

  • La Broncho-Pneumoppathie Chronique Obstructive (BPCO)
  • Le Syndrome d’Obésité Hypoventilation (SOH)
  • La Sclérose Latérale Amyotrophique (SLA)

La Broncho-Pneumoppathie Chronique Obstructive est la pathologie la plus répandue. Elle touche plusieurs millions de personnes dans le monde et elle représente aujourd’hui la 3ème cause de mortalité.

C’est une pathologie sous diagnostiquée et souvent découverte à un stade avancé de la maladie. La dyspnée (essoufflement au moindre effort), la toux et les crachats sont les symptômes fréquents. Ceux-ci doivent être considérés avec beaucoup d’importance.

Le diagnostic d’une BPCO est posé après un examen du souffle encore appelé Explorations Fonctionnelles Respiratoires (EFR)

DIAGNOSTIC DE L’INSUFFISANCE RESPIRATOIRE

LES EXPLORATIONS FONCTIONNELLES RESPIRATOIRES

Les Explorations Fonctionnelles Respiratoires (EFR) regroupent divers examens du souffle qui permettent d’évaluer la capacité respiratoire d’une personne. Elles sont utilisées à des fins diagnostiques mais aussi pour le suivi de maladies pulmonaires connues. Les EFR servent aussi à identifier la cause de l’insuffisance respiratoire : plutôt obstructive, restrictive ou mixte.

C’est une méthode, simple, non invasive et indolore destinée à évaluer la fonction respiratoire d’une personne en la comparant à celle d’un individu de mêmes caractéristiques en termes d’âge, de poids et de taille.

On va mesurer notamment : le débit de pointe, le Volume Expiré maximale en 1 seconde (VEMS), la capacité vitale (CV), le Volume de Réserve expiratoire (VRe), la capacité de diffusion (DLCO).

L’analyse par le médecin de ces différentes courbes (volumes et débits d’air) permettra de poser un diagnostic et d’évaluer l’insuffisance respiratoire si elle est présente.

Le calcul du rapport VEMS / CV appelé coefficient de Tiffeneau permet de dire formellement si une BPCO est présente et de préciser sa gravité.

L’ANALYSE DES GAZ DU SANG OU GAZOMETRIE

La gazométrie est la mesure de l’oxygène et du gaz carbonique dans le sang des artères. Cet examen permet d’évaluer l’efficacité des échanges gazeux au niveau des poumons. Le prélèvement se fait dans une artère, très généralement au niveau du poignet (artère radiale).

Les paramètres mesurés lors d’une analyse des gaz du sang sont les suivants :

  • La Pression partielle d’oxygène (PaO2)
  • La Pression partielle de dioxyde de carbone (PaCO2)
  • Saturation en oxygène (SaO2) qui permet d’évaluer la quantité d’oxygène fixée sur l’hémoglobine
  • Le PH qui mesure l’acidité du sang
  • Les Bicarbonates (HCO3) qui participent ainsi à maintenir un équilibre acido-basique.

En cas d’insuffisance respiratoire, la mesure des gaz du sang révèle :

  • Un manque d’oxygène du sang, appelé hypoxémie
  • Une concentration élevée de dioxyde de carbone dans le sang appelée hypercapnie

EXAMENS COMPLEMENTAIRES

Le test de Marche de 6 minutes :

Ce test permet d’évaluer les capacités physiques de tout sujet, sain ou atteint de BPCO.

L’exercice consiste à parcourir la plus grande distance possible en terrain plat. La distance parcourue est comparée est comparée à une valeur théorique qui tient compte de l’âge, du sexe, du poids et de la taille.

On mesure la fréquence cardiaque (FC) et la saturation artérielle du sang en oxygène (SaO2) à l’aide d’un capteur placé au bout du doigt. Lorsque la SaO2 diminue de plus de 4% on parle de désaturation à l’effort qui témoigne d’une mauvaise tolérance à l’effort.

Au cours du test on évalue également la dyspnée sur une échalele visuelle analogique qui va de 0 (pas d’essoufflement) à 10 (essoufflement maximal)

TRAITEMENT DE L’INSUFFISANCE RESPIRATOIRE

Dans le cadre de l’insuffisance respiratoire, deux types de traitements sont souvent initiés en fonction du diagnostic et de la pathologie.

  • Lorsque les gaz du sang indiquent une hypoxémie (manque d’oxygène), on va initier une oxygénothérapie
  • Lorsque les gaz du sang indiquent une hypercapnie (trop de dioxyde de carbone dans le sang), le médecin demande l’installation d’une ventilation
  • Hypoxémie et hypercapnie peuvent aussi être associés avec oxygénothérapie et ventilation en traitement

ADS est spécialisé dans l’assistance respiratoire, par Ventilation et par oxygénothérapie.

Toute notre équipe technique est formée en continu sous la responsabilité de notre Directeur Clinique et du Pharmacien Responsable.

LE PROGRAMME DE RÉ-ENTRAINEMENT À L’EFFORT

La réhabilitation et le réentrainement à l’effort aident à retrouver son autonomie et à améliorer sa qualité de vie lorsqu’une intolérance ou une gêne à l’effort devient un handicap au quotidien.

Le programme de réhabilitation et le réentrainement à l’effort s’adresse à toutes les personnes présentant un essoufflement dans les actes de la vie quotidienne, causé par une insuffisance ou des problèmes respiratoires, un surpoids, les suites d’une intervention chirurgicale ou encore un traitement de chimiothérapie. Il est conçu de manière progressive et personnalisée, en partenariat avec le corps médical (pneumologue, cardiologue, médecin traitant…).